Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecole Handicap et Avenir 37
  • Ecole Handicap et Avenir 37
  • : Collectif de parents, enseignants et professionnels pour le respect des enfants en situation de handicap et de leurs familles.
  • Contact

Statistiques

Depuis le 30 mars 2012 , il y a eu 

 

visiteurs sur ce blog ! 

Recherche

C'est quand ?

  • MARDI 16 JUIN 2015 à 9h : Création du Collectif Ecole Handicap et Avenir 37
  • JEUDI 27 AOUT 2015 à 18h : Réunion du collectif - Préparation de la rentrée 

MARDI 1er SEPTEMBRE : Rentrée des classes

Catégories

/ / /

Audience auprès de Monsieur le Préfet de Loir-et-Cher

Mercredi 6/06/2012

 

La délégation :

M. JUMER (parent), P. FAUVINET (Trisomie 21), C WIRBELAUER (APF), N. GAUJAC (FCPE), M CECCALDI (enseignant), F. LEMOINE (enseignant), M. CHENEAU (Tandem), C. GARCIA (parent), K. CABECINHA (parent), D. CHAILLOU (parent), S. RICORDEAU (FSU).

 

Monsieur le Préfet nous a reçu presque 2 heures en présence de Mme TURPIN (délégation territoriale Loir-et-Cher de l’ARS).

 

Nous avons trouvé un Préfet très à l’écoute et voulant prendre totalement la mesure et l’ampleur de la situation. La présence à ses côtés de l’ARS 41 constitue un point positif tellement la difficulté était grande jusqu’à présent de nouer le dialogue sur ce terrain.

Les chiffres que nous avancions ont été totalement confirmés. A ce jour ce sont exactement 109 élèves possédant une orientation de la MDPH qui ne trouvent pas de places dans les structures spécialisées adaptées (notamment les IME).

Sans aucune langue de bois M le Préfet a reconnu que les financements étaient très insuffisants ; ce qui a été confirmé par Mme TURPIN. Selon elle et en citant « l’ARS est parfaitement au courant ». Ce qui est à la fois rassurant et consternant.

Toujours selon l’ARS, des discussions ont lieu en ce moment avec les gestionnaires d’établissements pour augmenter les capacités d’accueil mais à moyens constants !

Le langage de la franchise très certainement mais aussi l’aveu plutôt tranquille que l’ARS sait que la loi n’est pas respectée parce qu’elle n’y consacre pas ou plus exactement n’obtient pas les moyens en adéquation !!

Autre confirmation, celle concernant le nombre de jeunes adultes bénéficiant de « l’amendement CRETON ». Ils sont exactement 51 qui devraient donc être accueillis dans d’autres structures qui sont à créer ou qui doivent voir leur capacité d’accueil étendues pour les existantes.

M le Préfet s’est engagé à saisir les Ministères concernés de la situation du département et à essayer de mettre en place des mesures d’urgence pour la prochaine rentrée.

Il s’est également dit favorable à « mettre tout le monde autour de la table » le plus vite possible à partir de septembre prochain pour tenir des « états généraux » chargés de travailler pour les moyen et long termes.

Voilà pour l’essentiel sans volonté d’exhaustivité pour résumer cette entrevue longue et très dense encore marquée par la dignité et la force des témoignages.

En guise de conclusion très provisoire : cette rencontre montre que notre mobilisation (même si son point de départ ne date pas de quelques semaines) a permis en très peu de temps des avancées réelles.

Sur le terrain de l’Education nationale et pour l’ensemble du département, la rentrée 2012 devrait être marquée par l’ouverture de 4 nouvelles classes, 2 CLIS et 2 ULIS (SELLES S/CHER, secteur VENDOME pour les CLIS et BRACIEUX, secteur de VENDOME pour les ULIS). C’est du jamais vu.

Sur le terrain de l’ARS c’est évidemment bien plus difficile. Pour autant aujourd’hui l’ARS est sortie de sa « tour d’ivoire » pour reconnaître la terrible vérité. Le 20 juin nous rencontrerons l’ARS dans ses locaux et nous attendons la réponse de l’ARS Centre et de son directeur général.

La presse est toujours aussi « réceptive » à notre action et nous sommes en train de rassembler encore plus à l’échelle du département. De ce point de vue, essentiel, la manifestation du 20/06 et la réunion qui suivra peuvent et doivent constituer un rebond.

La demande de rencontre auprès du Conseil Général doit aussi nous permettre dans un avenir proche de toucher un acteur du dossier qui se fait discret pour l’instant.

En quelques mot pour finir : mesurons sans aucune prétention mais objectivement que nous avons progressé, que nous avons franchi la « barrière du silence » que les politiques ont donc l’obligation de se positionner.

Et disons nous aussi, en tout modestie, que c’est la qualité de notre expression et notre capacité à agir tous ensemble qui font notre force ; et qu’il n’y a aucune raison pour que cela ne continue pas et ne progresse pas.

Merci à tous, bien cordialement.

 

Pour la FSU 41

S. RICORDEAU

Partager cette page

Repost 0
Published by