Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecole Handicap et Avenir 37
  • Ecole Handicap et Avenir 37
  • : Collectif de parents, enseignants et professionnels pour le respect des enfants en situation de handicap et de leurs familles.
  • Contact

Statistiques

Depuis le 30 mars 2012 , il y a eu 

 

visiteurs sur ce blog ! 

Recherche

C'est quand ?

  • MARDI 16 JUIN 2015 à 9h : Création du Collectif Ecole Handicap et Avenir 37
  • JEUDI 27 AOUT 2015 à 18h : Réunion du collectif - Préparation de la rentrée 

MARDI 1er SEPTEMBRE : Rentrée des classes

Catégories

/ / /

Un combat exemplaire en Loir-et-Cher  

  

 Mobilisé depuis un an, un collectif réunissant parents, enseignants et professionnels a obtenu l'ouverture de plusieurs classes spécialisées pour les enfants en situation de handicap. 


Blog (1), pétitions, manifestations, interpellations d’élus? Depuis un an, le Collectif handicap du Vendômois, dans le Loir-et-Cher, s’active sans relâche pour obtenir l’ouverture de nouvelles places pour les enfants en situation de handicap, que ce soit dans les établissements scolaires ou en institut médico-éducatif (IME). Un combat acharné qui porte ses fruits : en juin dernier, le collectif a obtenu, à Vendôme, une nouvelle classe pour l’inclusion scolaire (Clis) qui vient s’ajouter à la création, au niveau du collège, de deux unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis).


« En tout, sur l’année 2011-2012, cela fait 32 places supplémentaires en milieu scolaire sur le Vendômois grâce à notre détermination et à notre solidarité », apprécie Mathieu Ceccaldi, coordonnateur du collectif et enseignant en Clis. Mais tout n’est pas réglé. Les places en IME, notamment, continuent à faire défaut. Pour la rentrée 2012, 62 élèves sont encore en attente d’une réponse sur le département, soit le double de l’année précédente. « Les besoins de ces enfants sont reconnus par tous, note Mathieu Ceccaldi. Malheureusement, la loi de 2005 sur le handicap n’est pas pleinement respectée, car l’État ne s’en donne pas les moyens. »


Faute de places en IME, de nombreux enfants handicapés stagnent, parfois plusieurs années, à des niveaux scolaires inadaptés. C’est le cas de Eyäl, atteint de trisomie 21. « Depuis trois ans, il est accueilli toute la journée en petite section de maternelle, raconte Patrick Ibala, son père. Mais depuis cette année, il régresse. Il se rend compte de sa différence de taille. Il est arrivé au bout de ce qu’il peut découvrir dans une classe d’enseignement classique. » À la rentrée prochaine, Eyäl pourra aller en IME. Ce qui n’est pas encore le cas de Kevan, bientôt huit ans, scolarisé en grande section de maternelle, mais seulement à mi-temps. « Le reste du temps, je le garde à la maison, ce qui m’empêche de chercher du travail et rend difficile toute vie sociale, raconte Prisca, sa mère, qui attend une place en IME depuis deux ans. Il faut bien voir que la déscolarisation est synonyme de désocialisation pour l’enfant mais aussi pour les parents.»


Le collectif du Vendômois ne baisse pas la garde. Le 13 juillet, il doit rencontrer le président du conseil général. « Et nous attendons toujours la réponse du ministère, qui nous a promis une rencontre », glisse Mathieu Ceccaldi qui aime citer Brecht : « Celui qui combat peut perdre mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ! »


(1) http://ensemblepourleselevesensituationdehandicapdansle41.over-blog.com/ 

Laurent Mouloud

Partager cette page

Repost 0
Published by