Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecole Handicap et Avenir 37
  • Ecole Handicap et Avenir 37
  • : Collectif de parents, enseignants et professionnels pour le respect des enfants en situation de handicap et de leurs familles.
  • Contact

Statistiques

Depuis le 30 mars 2012 , il y a eu 

 

visiteurs sur ce blog ! 

Recherche

C'est quand ?

  • MARDI 16 JUIN 2015 à 9h : Création du Collectif Ecole Handicap et Avenir 37
  • JEUDI 27 AOUT 2015 à 18h : Réunion du collectif - Préparation de la rentrée 

MARDI 1er SEPTEMBRE : Rentrée des classes

Catégories

/ / /

Le, 26 juin 2012


Personne ici n’ignore la mobilisation départementale sur les difficultés auxquelles devront faire face de nombreuses familles lors de la prochaine rentrée scolaire.

Cette mobilisation est d’autant plus pertinente qu’elle regroupe tous les acteurs, à commencer par les familles elles-mêmes, des  enseignants, des syndicalistes, une fédération de parents d’élèves, et des associations œuvrant sur le champ du Handicap et qui se sont regroupées en Collectifs.


Pourquoi cette mobilisation était-elle nécessaire ?

-  En milieu ordinaire : ce seront 20, 30, peut-être 40 enfants qui risquent de ne pas avoir l’accompagnement qui leur serait nécessaire. Un RDV est demandé à Mme PICOT GRANJEAN.

-   

    Pour l’accueil en milieu spécialisé : qu’il s’agisse des CLIS – ULIS ou des établissements Médico-sociaux ( IME- ITEP) ce sont 109 enfants qui étaient initialement  annoncés sans solution.  Depuis le début de la mobilisation et des rencontres à tous les niveaux sur le département – dont la DT 41 de l’ARS qui nous a réservé un accueil apprécié de tous – des solutions seraient en passe d’être trouvée pour environ la moitié. Pour l’autre moitié ( 50 à 60), la situation est bloquée par les jeunes adultes qui bénéficient – à juste titre – de l’amendement CRETON . Ceci faute de places au dessus et qui nécessite de les maintenir dans leur établissement d’accueil. Ils ne peuvent donc pas libérer des places par manque de structures adaptées pour les adultes handicapés vieillissants.

Voilà pour le tableau général rapidement retracé.


Alors, que demandons-nous ?

D’abord l’application du droit institué par la constitution qui «  doit garantir l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle, … ». De plus, et plus récemment la Loi de 2005 est encore + précise sur ce droit élémentaire.

Il est donc impérieux de garantir la scolarité des enfants capables d’aller à l’école «  ordinaire » et aussi la prise en charge spécialisée de tous les enfants qui nécessitent des accueils spécifiques, avec des professionnels. Faute de quoi des familles envisagent de se retourner vers les Tribunaux.

Nous voulons donc, pour les enfants dont la scolarité est orientée vers des classes spécialisées : il faut la création de CLIS supplémentaires, des Ulis, des places en IME. Et certainement pas des mesures dans l’urgence dans des établissements déjà surchargés. Sans oublier les services de soins ( SESSAD- SAMSA, …) indispensables au suivi thérapeutique et éducatif de ces enfants.

Tout cela nécessite de nouvelles orientations budgétaires qui priorisent l’éducation et le handicap.

En disant cela nous sommes bien conscients que nous allons à contre-courant de ce qui se dit dans notre pays aujourd’hui. Nous cherchons plus d’argent que nous n’en avons à disposition. Mais c’est un devoir pour notre société. Pour la société de demain que nous préparons aujourd’hui. Nous voulons que nos enfants soient traités humainement, à égalité entre eux, quelque soit leurs difficultés ou leurs facultés. Et que leur situation soit analysée et prise en charge d’une façon globale.

Ils doivent tous avoir une place dans notre système éducatif. Et ce quelles que soient leurs difficultés, leurs déficiences, leurs différences.

Et puis, ce droit élémentaire, tous les parents devraient le vivre de la même façon. Y a-t-il un parent d’enfants dit «  normal » qui se demande si son enfant aura une place dans une école ? NON.  Alors pourquoi ces parents, qui vivent des situations déjà très compliquées, devraient-ils avoir une double peine en angoissant avant chaque rentrée scolaire ? Pourquoi ces mamans devraient-elles envisager d’abandonner leur activité professionnelle ?  pour ne donner que cet exemple.

Nous nous adressons donc à tous les décideurs. Nous avons été reçus – bien reçus- par Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du Conseil Général, Madame la Directrice de l’ARS 41.

Nous savons que la difficulté est la question des moyens financiers. Mais notre objectif c’est quoi ? nous voulons faire de nos jeunes de futurs adultes les plus autonomes possible, parce qu’ils auront acquis des connaissances, des gestes professionnels, des compétences. Enfin pour leur éviter – pour nous éviter – autant que faire se peut, leur placement dans des établissements spécialisés qui nous le savons coûteront encore beaucoup plus cher. Comme je l’ai déjà dit l’éducation est un droit mais c’est aussi la société de demain que nous préparons.  Il faut leur garantir de bien grandir à l’école pour aussi bien grandir en société.

Il y a des avancées. Nous ne le nions pas.  Cela ne s’est pas fait tout seul. Notre département s’est toujours montré combatif et même pilote au niveau national.  Alors conservons cette avance. Qui n’avance pas recule. Il s’agit de l’avenir de notre pays, de notre jeunesse de demain, dans toute sa diversité – physique et intellectuelle aussi.


Et, pour conclure je suis mandatée pour vous faire la demande que l’Observatoire Régional de la Santé engage une étude prospective sur les besoins, en la matière, sur toute la région.  Qu’il y ait un vrai et grand travail prospectif qui soit fait sur les besoins à moyen et long  terme en établissements spécialisés – pour enfants et pour adultes vieillissants aussi. En effet nous sommes étonnés qu’on nous dise qu’il n’y a pas de visibilité sur les besoins. Merci de bien prendre note de cette demande exprimée par l’ensemble du collectif.


M. CHENEAU

 

Partager cette page

Repost 0
Published by